logo elson

Qu’est-ce que l’hypnose ?

l’hypnose ou redécouvrir ses ressources et ses émotions

Qu’est-ce que l’hypnose ?

Vous trouverez souvent la définition suivante : « état modifié de conscience ». Qui dit « état modifié » sous-entend « état normal » : l’état hypnotique se définirait ainsi comme un état différent de celui dans lequel nous sommes habituellement. On peut le rapprocher de l’état de rêverie, où notre conscience s’évade quelque peu comme celui de l’élève qui est présent en classe et en même temps ailleurs « dans la lune », ou l’exemple de l’hyper-focalisation d’un chirurgien qui opère et ne voit pas les heures passer, ou bien encore celui du marcheur qui avance sans s’en rendre compte avec l’esprit occupé par ses pensées. C’est ce qu’Erickson appelait « a common everyday transe ». Et, comme vous le voyez, chacun de nous a accès à ces moments d’évasion mentale.

Nous sommes en tout cas bien loin du sommeil, même si l’étymologie nous renvoie à Hypnos, le dieu du sommeil, sans pour autant être dans un état d’éveil ordinaire. Selon l’AFNH (Association Francophone de Nouvelle Hypnose), « l’hypnose est un mode de fonctionnement psychologique dans lequel un sujet fait abstraction de la réalité environnante tout en restant en relation avec son accompagnateur(…) ». Tout un programme…

 

En même temps, d’autres écoles de pensée comme l’Ecole Elmanienne (majoritaire au niveau international : il est intéressant de noter qu’en France, l’hypnose se réfère souvent à Milton Erickson et à sa philosophie, alors qu’au niveau international et en particulier aux Etat-Unis, les hypnothérapeutes s’inspirent plutôt du modèle de Dave Elman) définissent l’hypnose non pas comme « un état », mais plutôt comme un « processus dynamique ». Sans rentrer dans des considérations techniques, je dirai tout simplement que l’hypnose n’est pas, elle se vit.

Et elle se vit très souvent de façon agréable : notre cerveau et notre corps fonctionnent différemment de d’habitude, avec une attention plus soutenue et des réactions et des sensations variées selon les personnes. Dans l’état hypnotique, il y a une parfaite conscience de ce qui se passe : le sujet est présent, actif, peut choisir de parler ou se parle à lui-même. Il maîtrise la situation. En même temps, il ressent différemment ce qui se passe. Ce peut être au niveau des sensations physiques (avec des sensations de légèreté ou de lourdeur, par exemple, ou de la chaleur), ou au niveau mental : il a accès à une autre partie de lui-même, souvent dénommée « inconscient » par les hypnothérapeutes, réservoir de ressources et de capacités insoupçonnées.

C’est en ayant accès à ce monde plus intérieur et plus vaste que le monde de la pensée rationnelle et consciente que des changements peuvent se produire : avec des suggestions, du laisser-faire, de la bienveillance envers soi-même, une porte peut s’ouvrir. Et comme le dit Tom Peters, « le changement est une porte qui s’ouvre de l’intérieur ».

Une séance d’hypnose au cabinet Elson : comment ça se passe ?

Vous êtes unique

Chaque individu est unique et vient au cabinet avec sa personnalité, son vécu, ses envies, ses peurs aussi. Je suis conscient de la difficulté, pour certains, de franchir les portes du cabinet.

C’est pourquoi je souhaite vous rassurer sur la bienveillance avec laquelle vous serez accueilli.e.

Je n’ai pas de méthode à proprement parler, chaque rendez-vous est particulier. Il m’est agréable de penser qu’en arrivant en séance, vous vous interrogiez : « que va-t-il se passer aujourd’hui ? ». Accepter de se laisser guider et découvrir l’instant s’avère déjà un premier pas vers l’idée d’apaiser des tensions. Vers l’idée de retrouver une certaine spontanéité.

Une séance d’hypnose au cabinet Elson : comment ça se passe ?

La première séance

On peut en général distinguer 3 phases lors de la première séance :

1. Une première phase qui va consister à discuter des motivations du rendez-vous, et souvent à identifier un objectif. Cet objectif sera généralement clair, identifiable, concret… ou pas. En effet, il peut arriver qu’une personne ne sache pas précisément les raisons pour lesquelles elle souhaite venir, tout en ressentant un besoin d’être là. Ou alors, autre cas de figure, une personne peut s’avérer sincèrement incapable au départ de formuler un objectif (en raison d’un traumatisme par exemple ou d’une honte). Rassurez-vous : vous ne me révèlerez que ce que vous souhaitez, et vous vous apercevrez que les difficultés s’aplaniront d’elles-mêmes.  Cette phase d’écoute et d’échange s’avère souvent plus courte qu’on ne pourrait le penser.

2. Une seconde phase va consister à vous reconnecter à vos émotions, à votre ressenti corporel. Il me semble en effet crucial de distinguer nos pensées, issues de notre cerveau, et nos sensations, issues de notre corps. En fonction des motivations, des réactions et des demandes de chacun à ce stade, la suite sera variable. L’idée est de pouvoir, dès la première séance, avancer concrètement dans la direction qui est celle que vous souhaitez.

3. La troisième phase : souvent, une première séance d’hypnose débutera, après avoir répondu à d’éventuelles interrogations ; parfois, ce sera un travail préparatoire/d’accompagnement spécifique qui sera abordé, parfois une autre méthode.

Les séances suivantes

Les séances suivantes seront rythmées par les progressions de chacun ; elles seront dépendantes de vos avancées, de votre capacité à vous laisser transformer, parfois des blocages rencontrés.

Nous utiliserons de préférence des techniques hypnotiques, avec l’objectif de sortir du tout-cérébral et d’aller vers un laisser-faire. Il s’agit alors pour moi de vous accompagner dans cet état particulièrement agréable, c’est-à-dire de diminuer votre niveau de conscience et d’éveiller votre inconscient, afin de laisser se construire le changement que vous souhaitez. Nous trouverons les « inductions », c’est-à-dire les moyens de rentrer en hypnose, qui vous conviendront le mieux, et je chercherai à vous rendre de plus en plus autonome en vous enseignant l’autohypnose.

Il arrive certaines fois que des résultats spectaculaires soient atteints dès le premier rendez-vous; plus souvent, ceci dit, il est préférable de compter sur plusieurs séances pour obtenir un résultat satisfaisant et durable. En tout état de cause, nous restons dans le domaine des thérapies brèves : c’est vous qui verrez et déciderez du nombre de séances qui vous convient. Il n’existe donc pas de «pack» particulier, sauf dans le cas particulier du sevrage tabagique, où nous partons pour deux séances, espacées d’une quinzaine de jours.

Les séances durent environ 1h; la première est en général un peu plus longue, environ 1h15. Il est tout-à-fait possible de bloquer 2 séances d’affilée, soit une « séance longue » de 2h, pour avancer plus en profondeur, pour ceux qui le souhaitent.